Belmadani Hamza

La société civile à Oran a appelé hier, le président de la République Abdelaziz Bouteflika à se représenter pour 5èmemandat pour pouvoir continuer à mener la gestion du pays. En effet, dans un grand rassemblement populaire, organisé à l’hôtel Sheraton et en présence du ministre de la Justice, Garde-des Sceaux Tayeb Louh. La société civile représentée par plusieurs associations locales, ainsi que des citoyens ont appelé le président à la continuité de son parcours à la tête du pays. Dans une lettre lue au nom de la société civile par un représentant de l’Organisation Nationale des Moudjahidines, le message était clair : «nous appelons le Président de la République, le moudjahid Abdelaziz Bouteflika à continuer à être à la tête du projet de la nation.» Sur place, les you-yous ont retenti, et des personnes présentes scandaient leur attachement au président de la République «Vive Bouteflika, vive Bouteflika,» scandait une femme, d’autres criaient « Armée, peuple avec Bouteflika». Alors que des pancartes laissaient entrevoir, des messages, appelant le président à continuer son travail. Le ministre de la Justice, lors de son intervention a rappelé les progrès effectués à Oran, suite aux différents programmes du président de la République qui ont affecté un grand nombre de logements à la Capitale de l’Ouest et de mettre fin à la crise d’approvisionnement d’eau qu’avait connue Oran durant les années 90, «le complexe sportif de Belgaid, 170 projets de tourisme, l’extension de l’aéroport d’Oran, l’usine de sidérurgie de Bethouia, 02 usines de véhicules, démontrent le développement qu’a enregistré Oran à tous les niveaux, visant l’amélioration du cadre de vie des citoyens.» Le ministre a tenu à rassurer les Algériens: « Il faut rappeler à tous les Algériens et Algériennes que suivant les orientations du président de la République et conformément à son programme complémentaire dans tous les secteurs les abus, dont ont été victimes dans les années 1990 les cadres de l’État, font partie du passé et ne peuvent en aucun cas se reproduire.» Dira Le ministre, avant d’ajouter : «Dans la dernière loi de finances, des taxes allaient être imposées au simple citoyen sur les documents biométriques, comme la carte d’identité et le passeport, quand elles sont arrivées au niveau du Conseil des ministres, qui les a annulées ? Le président Bouteflika, bien sûr.» Tayeb Louh a rappelé l’importance de la réconciliation nationale qui a permis d’instaurer la stabilité dans le pays, suite à une décennie noire : « le président Bouteflika a dirigé le pays dans des conditions difficiles, à plusieurs niveaux.» Cette réconciliation selon le ministre était «un mur solide contre les vents violents, elle a été porteuse de promesses de démocratie mais au fond, un nouveau plan de développement de la région,» dira le ministre. Avant d’ajouter : «sous le slogan du Grand Moyen- Orient et l’anarchie créatrice de la pseudo démocratie, est venu avec un objectif dévastateur, à cause de cela, des pays ont été détruits et d’autres ont failli l’être, alors qu’auparavant, ces pays fournissaient des écoles aux enfants, des hôpitaux au malades, mais ces habitants se sont dispersés à l’étranger pour se retrouver dans des camps, la cargaison venue sur les dos des chars et de l’intérieur des avions est devenue un grand mensonge.» Le ministre a expliqué que «les réalisations du président Bouteflika sont palpables et mesurables sur le terrain et personne ne peut les nier.»