Zitouni Mustapha

Un véritable paradoxe, le Maroc et la Tunisie bénéficient des subventions, provenant de l’Union Européenne, alors que c’est l’Algérie qui accueille le plus grand contingent de migrants. A eux deux, le Maroc et la Tunisie accueillent beaucoup moins de migrants et dans des conditions précaires que l’Algérie, malgré les nombreuses déclarations erronées des pays voisins adressées aux divers sites qui sciemment ou pas, reprennent pour argent comptant ces fausses informations, il a été reconnu que l’Algérie reste cette terre d’accueil et d’asile que reconnaissent d’ailleurs, de nombreux organismes et observateurs objectifs. Ces derniers jours, le Maroc a bénéficié d’une subvention de l’ordre de 130 millions d’’euros, pour laquelle d’ailleurs, de vifs remerciements ont été adressés par le Royaume aux généreux décideurs qui ont apprécié leur séjour bien arrosé au Maroc. Entre 2011 et 2015, l’aide bilatérale de l’UE en faveur de la Tunisie s’est élevée à 1,3 milliard d’euros. L’UE a fourni un appui politique et financier important à la Tunisie pour l’aider à relever ses défis. Ces subventions ne sont pas les seules, dont profitent le Maroc et la Tunisie, 55 millions d’euros ont été alloués au programme de gestion des frontières de la région du Maghreb, afin de coopérer avec le Maroc et la Tunisie, pour “sauver des vies humaines en mer, améliorer la gestion des frontières maritimes et lutter contre les passeurs, opérant dans la région”, précise l’instance européenne. Il s’agit notamment de renforcer les capacités, de fournir des équipements et les entretenir. 29 millions d’euros seront par ailleurs, attribués au programme d’aide à la protection des réfugiés et des migrants en Libye “aux points de débarquement, dans les centres de rétention, dans les régions méridionales désertiques éloignées et en milieu urbain”, précise le communiqué. Il vise aussi à encourager les initiatives pour trouver des perspectives économiques aux migrants sur le marché du travail libyen. Enfin, 6,5 millions d’euros supplémentaires viendront appuyer la stratégie nationale du Maroc en matière de migration adoptée en 2014 pour venir en aide aux migrants vulnérables.