Interdiction des boissons alcoolisées : le wali étouffe la polémique

80

R. Abdou

Suite à des notifications de fermeture temporaire par les services de wilaya , une quinzaine d’établissements, exerçant dans le commerce des boissons alcoolisées, ainsi que plusieurs salons de thé implantés au centre-ville ont baissé pavillon, pour de nombreux motifs liés aux règles d’exploitations, et ce, se basant sur un constat établi depuis plus de trois mois par les services habilités. Selon le premier responsable de la wilaya : «La position de l’administration est claire à ce sujet : tout commerce quelle que soit sa nature, doit se conformer à la réglementation. Les décisions de fermeture ont été signifiées aux commerçants : n’ayant pas respecté les règles basiques d’exploitation d’un commerce. ». Et d’ajouter : ces fermetures ne sont motivées par aucune arrière-pensée, mais s’inscrivent dans le cadre d’une procédure de mise en conformité d’une activité régie par la loi. La démarche de l’administration ne vise nullement à sanctionner les exploitants de débits de boissons alcoolisées. Il s’agit plutôt de veiller à la stricte application des règles d’organisation et d’exploitation de ce segment d’activité, ainsi qu’au respect des obligations des exploitants à l’égard des citoyens, ni plus ni moins,» a-t-il conclu. Voila une intervention catégorique du premier magistrat qui n’a pas hésité, pour aller droit au but et par là, transcender la polémique avec les exploitants de ce commerce légalisé par la règlementation en vigueur, régissant le commerce algérien. Pour ainsi dire que selon de nombreux experts en la matière très avertis, le wali aurait emprunté une brèche qui a frôlé la confrontation, dont la quiétude locale serait la grande perdante. Ainsi, pour beaucoup, le wali se serait rétracté sous la pression, bien qu’il ne cesse de répéter que sa décision a un cachet règlementaire et ne s’y prête à aucune arrière- pensée. Cependant, dans le camp des associations locales qui luttent pour l’interdiction des boissons alcoolisées, ce fut tout simplement la déception après avoir tant jugulé par voie des réseaux sociaux, et ce, contrairement aux adeptes des libertés individuelles et toutes sortes de jugement qui se sont sortis indemnes de cette sortie du wali.