M.A.S

Les citoyens des zones rurales telles que Fornaka s’embourbent souvent en saison hivernale, sont fatigués de se plaindre sans obtenir le moindre gain de cause.
Dès les premières gouttes de pluie, la cité rurale est envahie par les eaux de pluie et usées qui ne savent plus quel chemin prendre.
Il est à souligner également que la fosse collective qui reçoit les eaux sales est souvent pleine, déborde de partout et reste un foyer pour les moustiques qui envahissent les foyers dès la tombée de la nuit. Face à cette situation déplorable, tant supportée par les collectivités locales de par les multiples entraves financières (pratiques et financières ) et aussi le calvaire continu des citoyens si lésés, il est temps que les pouvoirs publics décident une fois pour toute d’en finir avec la gestion catastrophique de ces eaux usées qui continuent de se perdre à travers la nature, en lui nuisant abondamment.
La gestion des eaux usées à travers les milieux ruraux des communes de la wilaya ne cesse de se poser avec acuité et semble ne plus avoir de solutions.
Interrogé, un membre de l’APC d’El-Haciane, affirme à ce sujet que les eaux usées, provenant des ménages des douars, soulèvent tant de problèmes pour les gérer.
Recueillies au sein de fosses collectives, ces eaux finissent toujours par déborder et envahir les milieux naturels.
Ce même membre ajoute que la connexion de ces fosses exige des enveloppes conséquentes pour pouvoir les rattacher sur les réseaux d’assainissement de la commune.
Un autre membre de l’APC de Fornaka, où le même problème se pose explique à son tour que les eaux usées des douars isolés et des cités rurales constituent également un ‘’casse-tête’’ énorme qui ne semble plus avoir de solution, tant les eaux malsaines finissent par stagner à l’intérieur des lieux sans être évacuées au loin.