Redouane Boualia

Les services de la police judiciaire de la sureté de wilaya d’Oran, ont ouvert une enquête sur les dépassements ressortis hier matin suite à une opération de remise de clefs de locaux commerciaux et d’étals au niveau du marché couvert situé à la cité Nakhil au centre de la ville de Ain El Turck. On note 193 locaux et étals dans ce marché, sauf que les bénéficiaires ne sont pas que des vendeurs de fruits et légumes. Lors de la supervision administrative des listes des décisions d’attribution délivrées, entre 2016 et 2017, durant le mandat communal précédent, il est ressorti que parmi les bénéficiaires, on retrouve des personnes connues à travers la ville balnéaires pour leur aisance financière et leur autorité, dont un, qui serait propriétaire de trois restaurants alors qu’un autre serait bijoutier de profession. Des personnes résidentes en France, figureraient aussi sur la liste des bénéficiaires de ces locaux. L’enquête a aussi révélé que certaines décisions n’avaient pas été enregistrées sur les registres de l’APC. On notera, même sur place de fausses décisions d’attribution présentées par des bénéficiaires. Cette situation a vite fait de provoquer la colère des 220 personnes activant dans le marché informel et qui n’ont pas caché leurs courroux contre les anciens membres de l’exécutif communal. Ces derniers maintiennent qu’ils ne quitteront pas le marché tant que toutes la lumières soit faite sur cette scabreuse situation. A signaler que cette opération rentre dans le cadre de l’éradication des marchés informels. Sur place des personnes ont déclaré que « des sommes allant entre 10 à 15 millions ont été versés pour bénéficier d’un étal au marché couvert. ». Par ailleurs, on apprendra que l’actuel chef de l’exécutif communal d’Ain El Turck, a demandé aux protestataires d’établir au plus vite des recours tout en promettant de faire toute la lumières sur ces dépassements et les irrégularités qui ont entaché cette opération de distribution.