Belmamani Hamza

Le wali d’Oran Mouloud Cherifi a pris la décision jeudi dernier de suspendre le directeur du secteur urbain d’El-Makkari, à la suite d’une visite inopinée dans quelques quartiers de la ville.
Le wali a constaté de près la situation catastrophique d’un espace vert situé à côté du rond-point de Dar El Beida.
Sur place, il a pris la décision de mise à pied du responsable du secteur durant 03 jours, suite à une discussion avec un membre de l’APC d’Oran qui a affirmé que ce responsable est en cours de transfert vers un autre secteur.
Le wali d’Oran a pris par la suite la décision de le suspendre.
Mouloud Cherifi n’a pas toléré la situation catastrophique de cet espace.
Il a ordonné l’affectation directe de cet espace à l’EPIC Oran vert qui prendra en charge son aménagement, alors que l’EPIC ERMESO assurera l’entretien de l’éclairage public, «rentabiliser cet endroit, en réalisant 02 box pour des fleuristes,» dira le wali au directeur de l’EPIC Oran vert.
Notons que cette visite du wali a permis d’écouter de près les préoccupations des citoyens, comme il s’est rendu au quartier populaire d’Ibn Sina (ex-Victor Hugo), où il a écouté les doléances des citoyens concernant le logement, à Diar El Hanaa, une foule nombreuse de citoyens s’est rapprochée du wali pour signaler l’étroitesse des appartements : «venez, regardez, où est-ce qu’on vit M. Le wali !» Et de rajouter : «nos conditions de vie sont insupportables, on veut des logements décents,» dira l’un des citoyens, «les cas sociaux seront traités au fur et à mesure, le recensement, puis le relogement s’est fini, parce que 100.000 logements ne suffiront pas, je suis au courant de votre situation,» répondra le wali.
A Hai Ibn Sina, les citoyens ont soulevé plusieurs préoccupations liées à l’aménagement urbain, le marché couvert et l’absence des espaces verts.
Le wali a demandé aux citoyens de choisir des endroits, pour que les pouvoirs publics puissent les aménager en espaces vert : «le quartier d’Ibn Sina est l’un des quartiers de la ville qui enregistre un problème d’absence de foncier,» explique le wali.
Par ailleurs, Mouloud Cherifi s’est rendu à l’ancienne cathédrale au centre-ville, où il a ordonné l’entretien de l’éclairage public et le ravalement des façades de ce lieu mythique d’Oran.