R.N

Plus de 240 médicaments sont actuellement absents des rayons des officines du pays en raison d’un retard de signature des programmes nécessaires à leur importation, « qui n’a pas été faite dans les délais », apprend-on auprès du président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens qui a intervenu sur les ondes de la radio. Il a déclaré que des appels ont été lancés au ministère de la Santé, pour qu’il pallie rapidement aux ruptures pouvant avoir un impact « sur la santé publique de nos concitoyens ». Il a également confié que les médicaments importés s’avèrent insuffisants car le quota n’a pas changé depuis des années alors que le nombre de la population est en ascension. Cette situation, a provoqué selon lui, à l’épuisement des stocks qui ont été le seul secours pour remédier au manque.

Pour éviter telle situation, le président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, propose la signature d’avenants prenant en compte les consommations mensuelles de traitements dont les stocks peuvent assurer les besoins, jusqu’au 31 mars de chaque année, les programmes suivants ne commençant, selon lui, à être réalisés qu’à partir du mois de janvier. Parallèlement, ajoute-t-il, les programmes d’importation devraient prendre en compte la reconstitution des stocks stratégiques de médicaments lesquels, précise-t-il,représentent à eux seuls 25% de la facture.