Boualem Belhadri

Ces derniers temps, il faut l’avouer, une grande anarchie régnait au niveau de plusieurs villes de la wilaya à tel point que Ouinez Labiba, la wali d’Aïn Témouchent a lors, d’une réunion de l’Exécutif menacé tous les commis et élus locaux qui se dressent sur son chemin et empêchent la réalisation de son programme. Les maires d’Aïn Témouchent, de Beni Saf et de Hammam Bou Hadjar ont eu le gros lot des reproches fondées sur des observations et remarques constatées par elle-même, au sujet de la situation qui laisse à désirer sur le plan de l’hygiène et la salubrité publiques. Pendant cette période qui s’est étalée durant la saison estivale, la presse a fait étalage sur les colonnes de plusieurs journaux nationaux et régionaux du désordre qui sévissait en matière d’occupation illégale, par des vendeurs illicites, des espaces, trottoirs et accotements de plusieurs quartiers et du centre-ville. Il est bon de le rappeler, les commerçants de plusieurs rues ont manifesté leur colère et saisi les autorités compétentes en vue de mettre de l’ordre sur la voie publique et les trottoirs squattés par les vendeurs informels qui, dans la plus part des cas ne sont pas cléments et tentent de provoquer les commerçants, ou les habitants pour les agresser. Un cas a été révélé par la presse durant le mois d’août, où un habitant devant le pas de sa maison a été agressé par un vendeur informel. Certainement, au niveau du comité de pilotage de la wilaya, des aspects, ayant un lien direct avec ce qui a été rapporté par la presse et les doléances des commerçants, a décidé de sévir avec tous les moyens appropriés que confère la loi, pour mettre un terme à cette situation qui a trop duré. Un communiqué de la Sûreté de la wilaya est venu apporter les mesures prises dans ce cadre. Ainsi : «c’est au titre du maintien de l’ordre, de la quiétude des citoyens et la préservation de leurs biens et dans le but d’organiser l’ensemble des souks et marchés érigés d’une manière informelle avec en sus : la lutte contre le commerce illicite, que la Sûreté de wilaya d’Aïn Témouchent vient de tracer un programme, pour éradiquer ces foyers de commerces illicites et la remise en l’état des trottoirs et espaces publics objet de squat.» Cette opération qui va durer, entre dans le cadre de protection du consommateur et l’ouverture des passages squattés, un point qui contribue à rendre aux espaces publics leurs droits usurpés. Les services habilités mis en branle relèvent de la Police de l’Environnement et de l’Urbanisme, de la Voirie et des Sûretés urbaines ont procédé au démantèlement de tout qui se trouvait et constituait un obstacle aussi bien pour les passagers que pour les automobilistes. L’opération a englobé le centre-ville d’Aïn Témouchent, les alentours du marché couvert, de la cité Akid Athman, cité Abderrahmane Ibn Aouf, et quartier Tounsi. La Police de l’Urbanisme a dressé 42 PV de contraventions liées au dépôt de déchets de démolition et autres similaires. Aussi 75 points de vente, situés au niveau des rues Emir Abdelkader, Didouche Mourad, Madani Kadri, 1er Novembre, Pasteur, la Révolution ont été contrôlés. Plusieurs d’entre eux seront pénalisés ou traduits devant la justice pour défaut de présentation des documents exigés par la loi.