Une bonne nouvelle pour les défenseurs de la nature à Oran, la décharge d’El Kerma, ce point noir qui a longtemps fait réagir les habitants de la région, sera enfin éradiquée.
La ministre de l’Environnement et des Energies Renouvelables, Fatima Zahra Zerouati, l’a, en effet, affirmé lors d’une séance plénière de l’APN consacrée aux questions orales. Elle a indiqué dans ce contexte, que près de 3000 décharges sauvages ont été éradiquées en 15 ans.Selon l’ex-journaliste de l’ENTV, le secteur vise à atteindre le niveau « zéro ordure dans la nature d’ici à 2035, dans le cadre de la nouvelle stratégie élaborée pour protéger l’environnement,» a-t-elle promis.La décharge d’El Karma à Oran subira le même sort. Affirmant que le coup d’envoi des travaux qui coûteront 150 milliards de centimes sera donné le 22 septembre prochain.
Reste à confirmer que deviendra cette décharge ? en 2013, les responsables de la wilaya ont annoncé que la décharge, située au sud de la commune d’Es-Sénia, sera transformée en parc d’attraction.Si le projet prend forme, ça sera une grande bataille g agnée par les défenseurs de la nature, et un grand soulagement des habitants des alentours qui vont se débarrasser d’un lieu qui a rendu leur vie difficile.
Après de longues années de souffrance, les enfants des cités avoisinantes, et tous les Oranais pourront jouir de d’un lieu de détente s’étendant sur une surface de 85 ha, située en bordure de la Sebkha.
Le projet de réhabilitation du site serait prêt, puisqu’il a été présenté en 2013 au siège de la wilaya, par un bureau d’études tunisien, lors d’une réunion à laquelle avaient pris part les autorités locales.
Ce projet vise à améliorer le cadre de vie des riverains et la valorisation de ce site à court et moyen termes, et ainsi dépolluer le site pour éliminer toutes ses nuisances.
Il sera réintégré dans le paysage immédiat afin de lui donner une vocation éco-touristique et une valeur ajoutée en terme d’aménagement. La décharge d’El Kerma a toujours constitué une menace pour l’environnement, en raison de la pollution des eaux de la Sebkha.
Si le projet sera maintenu, plusiuers points seront bénéfiques pour les lieux, en mettant en avant la nécessité de réaliser une digue de protection ainsi qu’un écran végétal. Des équipements de loisirs et la plantation de végétations adaptées ont été recommandés pour cette opération de reconversion de cette décharge qui réceptionne actuellement quelque 7 millions de mètres cubes de déchets de tous genres.
Il est à noter que la Sebkha d’Oran, qui s’étend jusqu’aux limites avec la wilaya voisine d’Aïn Témouchent, présente un intérêt écologique certain. C’est une zone humide classée par la convention de Ramsar.