Création de petites zones d’activités pour les petits métiers des communes

18

Accompagner les jeunes, produits de l’université et de l’enseignement et la formation professionnels, désirant réaliser leur rêve, c’est-à-dire réaliser leur petite entreprise n’est pas uniquement un désir personnel mais une stratégie globale que veulent mettre en œuvre les ministères de l’Intérieur et des Collectivités Locales, du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité Sociale et de la Formation et l’Enseignement professionnels. Au niveau local, dans la wilaya d’Aïn Témouchent, le besoin d’en adhérer s’est fait sentir par le bon vouloir des départements ministériels ci-dessus cités d’aller en direction des jeunes des localités de la wilaya pour les persuader à s’inscrire dans cette dynamique.
Les dispositifs d’insertion représentés par l’Agence Nationale de Soutien à l’Emploi des Jeunes (ANSEJ), l’Agence Nationale de l’Emploi (ANGEM), la Caisse Nationale de Chômage (CNAC) et l’Agence Nationale de Développement de l’Investissement (ANDI) ont fait partie intégrante des commissions des daïras qui s’y sont rendues pour sensibiliser les jeunes de vouloir saisir les opportunités ouvertes devant eux en vue de concrétiser le rêve de tout un chacun.
En parallèle, la nécessité, de créer d’autres petites zones d’activités gérables et à la portée des autorités de pouvoir les viabiliser et les aménager, parue comme un préalable devant recueillir l’engagement intrinsèque des élus locaux et des autorités de daïras, conformément aux dernières directives du ministère de l’Intérieur et des Collectivités Locales et de l’Aménagement du Territoire.Aujourd’hui, pour l’investissement structurant l’idée de procéder à l’extension de la zone industrielle de Tamzourah (55km au nord-est d’Aïn Témouchent) et la création d’autres au niveau des localités importantes a été mises en route par les responsables de l’industrie, qui selon toute vraisemblance, ont reçu plusieurs demandes déposées à leur niveau ou à celui du CALPIREF. Cependant, l’assainissement des zones d’activités et des zones industrielles doit se poursuivre pour dégager les assiettes détenues par des concessionnaires qui n’ont pas donné signe de vie depuis belle lurette.
Cette opération était diligentée par la wali OuinezLabiba qui a mis en demeure ceux n’ayant pas commencé leur projet au niveau de la zone industrielle de Tamzourah. L’assainissement devait connaître une cadence plus soutenue après les mises en demeure par voie de presse et l’huissier de justice. La nouvelle formule portant création des petites zones d’activités modulaires encourage indubitablement les petits métiers qui sont à la recherche d’assiettes foncières. Ces derniers se sont exprimés lors de la célébration de la journée de l’artisanat. Ils cherchent à construire leur véritable label à même de devenir concurrentiel et compétitif les plans managérial, entrepreneurial, qualitatif et productifs.

BoualemBelhadri