Un passager de la ligne 51 pris à partie

Refusant le diktat du receveur et du chauffeur

29

Ce dimanche aux environs de 17 heures, au niveau de la Place de Gambetta, une bagarre a éclaté entre un usager du bus de la ligne 51, et le chauffeur et son receveur de ce transport en commun. Il aura fallu l’intervention des autres usagers pour mettre un terme à cette dispute qui commençait à prendre une grande ampleur et a failli dégénérer.
Explication prise, l’usager a été pris à partie par le convoyeur du bus et son assistant, en raison de son refus de quitter le bus pour remonter dans un autre, afin de permettre au chauffeur de rebrousser chemin au niveau de la Place Gambetta, en plein milieu de l’itinéraire, sans atteindre son terminus et mettant une croix sur les arrêts suivants. Le receveur du bus de cette ligne 51, demandera aux passagers de descendre et de remonter dans un des bus de son collègue en stationnement au niveau de cet arrêt de la place Gambetta. Tout en rechignant sur cette façon de faire, les usagers accusent le coup et se plient à l’exigence de ces prestataires de transport public, tous sauf un passager qui n’a pas accepté ce diktat et cette décision unilatérale prise par le chauffeur du bus qui a décidé de ne pas terminer son itinéraire sans aucune considération pour ses passagers qui avaient pourtant, tous leurs tickets de transport. Le passager sera pris à partie par le conducteur et son receveur, sera obligé de sortir du bus, alors que ce dernier, tenait à ce que la réglementation et le contrat du ticket de transport soit respectée, Hélas !
Une situation qui parait banal et qui prête à sourire, mais qui dénote de la situation totalement dévoyée du secteur du transport public ouvert au privé depuis plusieurs années, mais tombé depuis dans une situation des plus anarchiques.
Certes, une banale dispute entre un passager et le receveur d’un bus, mais cette situation est loin d’être un cas isolé. Inutile de citer toutes les autres aberrations et autres disfonctionnements des transports en commun, que seuls les pouvoirs publics n’arrivent pas à voir ou tentent d’ignorer.